L a

l o c a t i o n

d e p u i s

1 9 5 4

Menu Fermer
Une question ? 02 31 75 22 15

Bien choisir son outils d’aide à la conduite

Publié le 18/11/2019

Bien choisir son outils d’aide à la conduite

 

Que vous soyez à la recherche d’un outil d’aide à la conduite dans le but de préparer votre départ en vacances ou que vous cherchiez une solution d’aide pour vos déplacements quotidiens, cet article vous donne les clés pour bien choisir votre outil.

Tout d’abord que signifie « outil d’aide à la conduite » ? Et bien, ce terme peut désigner 2 choses : les ADAS (Advances Driver Assistance Systems) ou les assistants d’aide à la conduite.

Les ADAS ce sont les systèmes d’aide à la conduite intégrés dans les véhicules. Ils permettent de soulager une partie des tâches du conducteur comme par exemple le limitateur de vitesse, la caméra de recul, etc. mais cela peut également aller jusqu’à la voiture autonome.

Les assistants d’aide à la conduite ce sont ces outils connectés qui donnent des informations sur la circulation ou les zones de danger via des boîtiers ou des applications.

Nous allons donc vous présenter quels sont les différents éléments qui composent les outils d’aide à la conduite et quelles sont les limites et les évolutions de ces assistants numériques.

Comme indiqué plus haut les ADAS sont intégrés aux véhicules, ils sont fournis par les équipementiers automobiles et les constructeurs. Ces équipements sont produits en amont et sont montés sur les véhicules dès l’assemblage de ceux-ci, il est très rare d’ajouter un système d’aide à la conduite à un véhicule qui a déjà roulé.

Le marché des ADAS devrait être multiplié par 3 entre 2016 et 2022, atteignant 302 millions d’unités en 2022 comparé à 110 millions en 2016 d’après l’IHS Markit. La croissance de ces systèmes s’explique à travers des progrès dans les technologies de capteurs, comme les radars, caméras de vision, solution de capteurs. Ces évolutions introduiront de nouveaux systèmes de pilotage automatique automatisés, de système d’assistance à la conduite des conducteurs et de caméra de recul et latérales, ayant pour objectif de rendre la conduite plus sûre et plus facile.

Ces systèmes d’assistance automatisés de la conduite automobile ont pour but de répondre à 3 objectifs : améliorer la connaissance de la situation de conduite pour le conducteur, l’amélioration du temps de réaction et la réponse du véhicule à des conditions défavorables.

Depuis peu certains assureurs (Allianz et Liberty Mutual) prennent en compte ces aides à la conduite. Selon le cabinet Ptolemus consulting Group, « 100 millions de véhicules seront équipés de tels systèmes en Europe et États-Unis d’ici 2025, et plus de la moitié des véhicules en circulation dans le monde y auront droit, en 2030. ». C’est avec ce constat que le groupe Allianz propose à ses clients des contrats permettant de « réduire le coût de l’assurance d’environ 20% » par rapport à un tarif classique. Tous les assureurs ne peuvent pas proposer cette offre car il est complexe d’établir un tarif et de mesurer l’impact positif pour l’assureur, en effet, il faut prendre en compte le gain financier lié à des accidents moins fréquents et prendre en compte le prix plus élevé des réparations de ces véhicules.

Parmi les offres proposées sur le marché des aides à la conduite, on en retrouve 4 principales : Waze, Coyote, Wikango et Munic. Chaque produit apporte un niveau d’informations et des fonctions différentes.

  • Waze, est une application gratuite disponible sur smartphone reprise par Google il y a quelques années. Waze est le numéro 1 des applications d’aide à la conduite. En effet, l’application rassemble une communauté impressionnante d’utilisateurs actifs. Les renseignements fournis sont très précis, ils indiquent par exemple les embouteillages, les objets sur la route, les véhicules arrêtés, les zones de travaux, etc. De plus, Waze propose une fonction GPS plutôt précise dès lors que vous avez du réseau mobile. Toutefois, les itinéraires bis ne sont pas forcements pertinents. La création de l’application est venu répondre à la taxe sur la vente des boîtiers dangereux pour la sécurité routière mise en place par le gouvernement cherchant à faire diminuer le nombre d’alerte concernant les contrôles policier sur les routes. Waze pour cela n’a rien changé, on peut toujours apercevoir les signalements de polices et les points de contrôle. En cela l’application a gagné en utilisateurs même si ces signalements sont illégaux.
  • Coyote reste le boîtier externe le deuxième plus utilisé avec une communauté plus efficace que Waze en dehors des grandes agglomérations (4,8 millions d’utilisateurs actifs). Le système est efficace lorsqu’il s’agit de signaler un accident ou un embouteillage mais légérement moins pour ce qui est des alertes de zones de dangers, moins précises que celles de Waze qui signale un radar fixe ou mobile et non une zone de danger. Pour concurrencer Waze, Coyote a lancé son application mobile regroupant toutes les fonctionnalités des ses boîtiers. Coyote propose des itinéraires pour 23 pays d’Europe mais pas d’itinéraire bis. Ces derniers mois Coyote met à jour son logiciel en ajoutant certaines fonctionnalités qui visent une amélioration de ses services (vision 3D, calcul d’itinéraire rapide, estimation du temps de trajet améliorée, instructions plus précises). Le boitier est vendu à partir de 159€ + 12€/mois d’abonnement, tarifs dégressif selon la durée choisie pour l’abonnement (11,99€ : 1 mois ; 49,99€ 12 mois ; 89,99€ : 24 mois). Le tarif peut paraître élevé mais si on prend en compte le fait que cela vous fait économiser régulièrement le prix d’une amende, le service est vite rentabilisé. De plus si vous possédez un véhicule Renault ou Toyota compatible vous pouvez disposer de Coyote directement sur l’écran de votre voiture. Cette fonctionnalité peut également être mise en place si vous avez en votre possesion un smartphone Android et un véhicule compatible avec le Mirrorlink.
  • Wikango XL se positionne assez bien au milieu des offres d’assistant à la conduite avec une interface simple à comprendre avec un code couleur simple. Cependant ce boîtier passe à coté de nombreuses alertes concernant les embouteillages et les accidents. L’envoi d’informations est long à être prise en compte, voir inexistant. Le bémol supplémentaire étant l’erreur de limitation de vitesse (le boîtier indique une limitation de vitesse à 90km/h en ville). Wikango est vendu à 150€.
  • Munic se trouve un peu à la traine du point de vue des alertes. Sa communauté étant restreinte, elle n’indique pas les zones de dangers cependant les radars fixes sont tous très bien spécifiés. La force de Munic se trouve dans les fonctions qu’il propose : un GPS connecté qui permet de trouver une place de parking, qui permet de savoir si la météo est bonne sur le lieu de destination et même de trouver un restaurant à proximité avec Pages Jaunes. Une connexion au Bluetooth offre la possibilité de connecter son téléphone et de diffuser de la musique dans le véhicule via ses enceintes intégrées. Le boîtier est vendu 199€ pour la carte de France et 299e pour la carte Europe. Il est d’ailleurs compatible avec l’information de trafic HD de Traffic de TomTom avec un abonnement à partir de 4€/mois.

Vous avez maintenant une meilleure vue d’ensemble des outils proposés sur le marché pour vous assister sur la route. Nous vous recommandons Waze qui est l’application gratuite la plus précise du marché et qui est simple utilisation. A vous de faire votre choix en fonction des options que vous recherchez et de l’utilisation que vous souhaitez en avoir.

Sachez toutefois qu’un projet de décret visant les outils d’aide à conduite a été déposé entre les deux tours des élections présidentielles. Ce projet vise  à interdire de manière partielle, les informations « permettant de localiser les forces de l’ordre sur les bords des routes. Il s’agit de protéger des missions dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou la criminalité organisées, du dispositif « alerte enlèvement » ou de la recherche de détenus évadés ». le texte précise que l’interdiction serait limitée à une zone de 20km et pour une durée de 24h maximum. Les outils cités plus haut devront donc prendre en compte ce texte sous réserve d’une contravention de 5ème classe, soit 1500€.

Les nouvelles technologies offrent de nombreuses possibilités d’amélioration de la conduite. Certains constructeurs l’ont d’ailleurs bien compris et proposent désormais des options telles que l’aide au stationnement, ou des systèmes de détection de piétons engageant un freinage d’urgence pour éviter l’accident. Volvo équipe même ses véhicules d’un airbag piéton empêchant celui-ci de venir s’écraser sur le pare-brise.

L’idée des industriels est qu’a terme les voitures soient de plus en plus autonomes et intelligentes. L’intervention de l’homme ne sera que ponctuel dans le cas où la voiture ne serait pas comment réagir ou encore pour l’aider à constituer un profil de conduite en fonctions des habitudes et des envies.

 

Sources : Objet Connecté ; Eiver-car ; 01net ; Moncoyote et Lefigaro